Nous sommes en l'an 878. Le roi Alfred le Grand, assailli de toutes parts, a fait preuve d'un héroïsme sans faille afin de défendre ses terres lors…

langue :
français
genre :
Action
editeur :
SEGA
date de sortie :
PC
Multijoueur
Avis du client :
voir les notes | noter ce jeu
Donnez votre avis :
notez !
0 note
  • (0 note)
  • (0 note)
  • (0 note)
  • (0 note)
  • (0 note)
promo - 10%
39,99 €
35,99 €
Devenez membre VIP Silver en achetant ce jeu, et bénéficiez de - 10% de réduction sur vos prochains achats
informations supplémentaires
activation

Un compte steam et une connexion internet sont nécessaires pour télécharger, activer et utiliser ce produit.

promotion

Achetez Total War Saga: Thrones of Britannia à 35,99 € au lieu de 39,99 € et économisez 10% !

configuration requise
Windows - Minimale
  • OS: Windows 7 64Bit
  • Processor: Intel® Core™ 2 Duo 3.0Ghz
  • Memory: 5 GB RAM
  • Graphics: NVIDIA GTX 460 1GB | AMD Radeon HD 5770 1GB | Intel HD4000 @720p
  • Storage: 30 GB available space
Windows - Recommandée
  • OS: Windows 7 / 8 (8.1)/ 10 64Bit
  • Processor: Intel® Core™ i5-4570 3.20GHz
  • Memory: 8 GB RAM
  • Graphics: NVIDIA GeForce GTX 770 4GB | AMD Radeon R9 290X 4GB @1080p
  • Storage: 30 GB available space
description

NOTE : Un compte Steam et une connexion internet sont nécessaires pour activer, télécharger et utiliser ce produit.

À propos du jeu

Nous sommes en l'an 878. Le roi Alfred le Grand, assailli de toutes parts, a fait preuve d'un héroïsme sans faille afin de défendre ses terres lors de la bataille d'Ethandun, repoussant ainsi l'invasion viking. Châtiés, mais loin d'être anéantis, les chefs de guerre nordiques se sont installés dans toute la Grande-Bretagne. Pour la première fois en près de 80 ans, le territoire connaît enfin la paix, aussi fragile soit-elle.

À travers toute l'île porte-sceptre, les rois d'Angleterre, d'Écosse, d'Irlande et du Pays de Galles sentent venir le temps du changement ; le temps des opportunités. Des traités seront signés. Des guerres seront déclarées. Des revers de fortune spectaculaires entreront dans la légende, au sein d'une saga retraçant l'ascension de l'une des plus grandes nations de l'histoire.

Des rois se lèveront. Un seul régnera.

Thrones of Britannia est un jeu dérivé de la série Total War qui vous invite à réécrire un moment critique de l'histoire, un moment clé pour l'avenir de la Grande-Bretagne moderne. Incarnez l'une des dix factions jouables pour construire et défendre un royaume à la gloire des Anglo-saxons, des clans gaéliques, des tribus galloises ou des colons vikings. Forgez des alliances, administrez des colonies florissantes, construisez des armées et parcourez la carte Total War la plus détaillée à ce jour à travers des campagnes de conquête.

Caractéristiques

Choisissez votre stratégie
La grande campagne vous offre plusieurs possibilités pour atteindre une victoire glorieuse ; étendez votre territoire par la force des armes. Vos colonies florissantes, votre technologie avancée et votre influence vous apporteront la gloire. Par ailleurs, complétez une série d'objectifs uniques basés sur l'histoire de la faction choisie. Enfin, préparez-vous pour le principal défi en fin de jeu et pour la dernière, l'ultime condition pour la victoire.

Explorez et conquérez les îles britanniques
Des hautes-terres enneigées de l'Écosse aux vergers et prairies du Kent, levez le brouillard de guerre et révélez l'étendue de la Grande-Bretagne anglo-saxonne. Les multiples environnements urbains et ruraux tiennent lieu de décor aux différents champs de bataille. Testez diverses stratégies face à de nouvelles petites colonies à capturer. Coupez les routes commerciales de vos ennemis et battez en brèche leurs solides postes de défense.

Seigneur de guerre viking ou roi anglo-saxon, entrez dans la légende
Chaque faction sera confrontée à une série d'événements uniques et à des dilemmes, fondés pour la plupart sur de véritables faits historiques. Embarquez à bord d'expéditions vikings ou administrez l'économie paysanne anglo-saxonne. À chaque faction, ses manières de jouer et ses ressentis différents. Créez des rôles uniques pour votre roi et vos nobles : les choix que vous ferez auront une forte influence sur leur évolution et leur histoire.

Une expérience de jeu Total War « classique » tout en précision
Contient de nombreuses mises à jour des mécaniques clés de Total War, comme les provinces, la politique, les technologies, le recrutement, les dilemmes et bien d'autres encore, conçues pour rendre l'expérience plus immersive et réelle.

Factions, cultures et rois jouables :
Thrones of Britannia contient dix factions jouables, issues de cinq cultures résumées ci-dessous.

Les Anglo-saxons – Wessex et Mercie
À la fin du règne romain en Angleterre, de nouveaux royaumes germaniques ont fusionné dans les comtés connus à présent sous les noms de Northumbrie, Mercie, Wessex, Essex, Sussex, Est-Anglie et Kent. Les peuples de ces régions sont connus sous le nom collectif d'Anglo-saxons.

Wessex
Chef de faction : Roi Alfred
Dominant le sud de l'Angleterre, le royaume anglo-saxon du Wessex a assuré les défenses de l'île contre les invasions de la Grande Armée païenne. Depuis la capitale de Winchester, le Wessex a conquis des terres de Surrey, du Sussex, du Kent, de l'Essex et même de Mercie. Ayant résisté aux incursions des Danois, Alfred forma les bases du Wessex afin d'unir l'Angleterre sous un seul et même dirigeant, ce qui n'était pas arrivé depuis l'an 927.

Mercie
Chef de faction : Ceolwulf
Depuis la capitale, Tamworth, les rois de Mercie gouvernaient la région aujourd'hui appelée Midlands. À son apogée, la Mercie s'étendait de la Northumbrie au nord de l'Angleterre jusqu'au Kent, Sussex et Wessex au sud. En 877, la Grande Armée païenne s'empara de la partie est du royaume pour former le Danelaw, ou Est-Anglie.


Les Gaels – Mide et Circinn
Apparue tout d'abord en Irlande, la société gaélique était fondée sur un système de clans et de chefs. Les Gaels pillèrent et commercèrent avec les colonies romaines, et, en l'an 878, ils s'étaient étendus jusqu'à occuper la plupart de l'Écosse.
À leur arrivée, certains pillards vikings s'installèrent sur les terres gaéliques, formant la communauté des Gall Gàidheal. Les Gaels d'Écosse conquirent bientôt les Pictes pour former le royaume d'Alba, qui deviendrait plus tard l'Écosse moderne.

Mide
Chef de faction : Roi Flann Sinna
Mide trône en plein cœur de l'Irlande : non seulement d'un point de vue géographie, mais aussi d'un point de vue politique, intellectuel et spirituel. Nombre de rois suprêmes proviennent de Mide, et son dirigeant actuel, Flann Sinna, aspire à ce titre.
Avec autant de factions irlandaises alentour, Mide pourrait bien amener les clans divisés à s'unir, et inaugurer une ère de prospérité irlandaise. Cependant, les menaces ne sont jamais loin : les Vikings de Dublin se sont établis à l'Est, et leur pouvoir et influence prennent de l'ampleur. Le royaume de Mide réussira-t-il à conserver cette paix fragile ? À unir les clans pour combattre les colons du Nord ? Ou trouvera-t-il un autre moyen d'asseoir sa suprématie ?

Circinn
Chef de faction : Áed mac Cináeda
À l'origine un royaume picte, Circinn tomba sous l'influence des Gaels et d'autres peuples chassés par les raids successifs des Vikings. Les invasions de ces derniers cessèrent en 878, mais Circinn n'était malheureusement pas au bout de ses problèmes. Malgré son emprise étendue sur le littoral oriental de l'Écosse, de nombreuses menaces subsistent, internes et externes.
Scone, la capitale de Circinn, abritait la légendaire Pierre du Destin qui, selon le mythe, accordait une force divine à son peuple. Nul ne sait où cette pierre se trouve désormais. S'il reste quelques indices, alors la quête pour retrouver la Pierre augure une aventure digne de ce nom...


Les Gallois – Gwined et Strathclyde
Les royaumes gallois descendaient des Celtes bretons ayant occupé la majeure partie de l'île de Bretagne depuis l'âge du fer jusqu'à bien après la domination romaine du Ier siècle.
Le terme anglais « Welsh » dérive, ironiquement, du terme anglo-saxon « wealas » qui signifie « étranger » et qui désignait les Bretons natifs. Avec l'expansion des Anglo-saxons, bien des royaumes bretons finirent par disparaître.

Gwined
Chef de faction : Roi Anaraut
Le peuple de Gwined peut se targuer de représenter les « vrais Bretons », après avoir été repoussé à l'extrême Ouest par des envahisseurs qui s'auto-proclament « Anglais ». Réputés pour leurs arts bardes et leur maniement de l'arc long, les Gallois de Gwined prospéraient sous l'égide de Rhodri Mawr.
Rhodri avait réussi à contrecarrer les invasions, vikings ou autres, en Gwined, et à étendre les frontières de son royaume. Aujourd'hui, il n'est plus, et ses terres sont divisées.

Strathclyde
Chef de faction : Run
Strathclyde est un royaume du vieux Nord dont l'origine remonte au Ve siècle et aux Celtes bretons. Initialement fondé sur la forteresse de Strathclyde, il fut néanmoins repoussé par une invasion viking en 870. Le roi gouvernant, Artgal, fut emprisonné et, selon les rumeurs, tué dans des circonstances étranges. Le royaume s'est ensuite reformé dans la vallée du fleuve Clyde sous la bannière de son fils unique, Run.


La Grande Armée viking – Northumbrie et Est-Anglie
En 865, les fils de Ragnar commandèrent la Grande Armée viking et débarquèrent en Est-Anglie. Pendant les 15 années qui suivirent, les Vikings s'étendirent à chaque recoin du territoire : du Wessex au Clyde, s'emparant des villes, enchaînant les victoires, mais essuyant aussi leur lot de défaites, jusqu'à la bataille d'Ethandun en 878, où leur chef Guthrum affronta son égal : le jeune roi Alfred et son armée venue du Wessex. Vaincues sur le champ de bataille, ses forces se retirèrent en grande débâcle dans une forteresse voisine. Enhardis par ce succès, les hommes d'Alfred partirent à leur poursuite et assiégèrent leur bastion. Après deux semaines de famine, les envahisseurs durent se rendre.
Suivant sa capitulation, Guthrum fut baptisé dans la foi chrétienne, et lui et ses hommes furent autorisés à retourner en Est-Anglie et à s'y établir, tant qu'ils maintenaient la paix du roi Alfred.
Vaincus, mais jamais humiliés, la rage des Vikings bouillonne. On n'encage pas les loups sans conséquence...

Northumbrie
Chef de faction : Guthfrid
À leur arrivée en Northumbrie, en 867, les Vikings s'emparèrent de la cité de York, ou Eoferwic de son nom de l'époque, pour sa forteresse. En effet, ce bastion d'architecture romaine se dressait encore de tout son haut, 700 ans après sa construction. Le roi Ælle de Northumbrie tenta de reprendre la cité des mains des Danois mais fut capturé pendant l'attaque. Pour venger l'exécution de Ragnar ordonnée par Ælle, ses fils en firent un exemple et le soumirent à l'épouvantable rituel de l'aigle de sang.
La Northumbrie demeura ensuite sous le contrôle des Vikings. Après la bataille d'Ethandun et la signature du traité de Wedmore qui en découla, une portion de la Grande Armée viking se présenta en Northumbrie, pour s'installer sous le règne pacifique du roi Alfred.

Est-Anglie
Chef de faction : Guthrum
Englobant la majeure partie de la côte sud-est de l'île de Bretagne, l'Est-Anglie constitua le pivot de l'invasion de la Grande Armée viking, et la région où nombre de guerriers s'établirent après la bataille d'Ethandun. Sous le règne du chef danois Guthrum (ou Æthelstan, son nom adoptif donné par Alfred) l'Est-Anglie finit par être connue comme le Danelaw.
Pourtant, les Danois d'Est-Anglie ont encore la hargne. On ne passe pas de la gloire à l'anonymat si facilement...


Les rois des mers vikings – Dublin et Hébrides
Suite à près d'un siècle de pillages sans fin, les Vikings laissèrent leur empreinte sur la Bretagne et changèrent à jamais le cours de son histoire. Jouissant d'une culture des plus riches, de petits groupes de Vikings s'étaient installés autour des îles, bien avant qu'Alfred triomphe de la Grande Armée viking.
Ces plus petites factions échangèrent leur vie rythmée par des conflits perpétuels pour s'établir en Bretagne, instaurant leurs propres principautés, arrangeant des mariages pour finir par intégrer la communauté britannique. Ce brassage de cultures, si emblématique de l'histoire britannique, a participé à la création du riche mélange d'attitudes, de croyances et de langues tout à fait unique à ce peuple.
Certains Vikings ne s'établirent vraiment jamais : ils avaient d'autres ambitions, une soif de conquête et de grandeur à satisfaire. Ces rois des mers devaient continuer leur testament belliqueux, au mépris des décrets du vulgaire dirigeant anglais...

Dublin
Chef de faction : Bardr
Dublin formait une importante ville portuaire siégeant sur la côte orientale de l'Irlande, et accueillaint le plus grand marché aux esclaves de Bretagne. Cité majeure tombée sous l'occupation viking, elle fut gouvernée jusqu'en 873 par le seigneur viking Imar, souvent associé à Ivar le Désossé, fils du légendaire seigneur de guerre Ragnar Lodbrok. Les pillards vikings s'y étaient établis déjà depuis l'an 840 et leur influence dans la région n'était pas nouvelle. Au fil du temps, leurs coutumes prirent une nuance gaélique tandis qu'ils s'intégraient lentement dans la société.
En l'an 878, le fils d'Imar, Bardr, s'était assis sur le trône. Ce chef viking ambitieux allait-il signer une paix durable avec les factions gaéliques voisines ? Ou reprendre le chemin de son grand-père, Ragnar, et se lancer dans une entreprise sanglante de domination ? Difficile d'ignorer l'appel de la bataille...

Hébrides
Chef de faction : Eirik
À l'ouest d'Alba s'étendent les Hébrides, royaume des îles du Sud. Cet archipel, qui englobe les Hébrides du Sud, était faiblement peuplé. Frappé de plein fouet par les vents de l'Atlantique, seuls les plus braves pouvaient survivre en ces terres.
Comme la plupart de la Bretagne, ces îles entrèrent régulièrement au contact des Vikings à partir du VIIIe siècle. Elles faisaient jusqu'alors partie du royaume gaélique de Dal Riada, avant de tomber sous le joug viking. Pendant le siècle suivant, les occupants scandinaves adoptèrent certains modes de vie celtes (et vice-versa), surtout après 872, année où Harald à la Belle Chevelure accéda au trône de Norvège, et que ses vieux rivaux affluèrent dans la région.
Assez pauvres mais offrant une position excellente pour les navigateurs férus, les Hébrides forment le comptoir idéal pour les pillages et l'exploration.

Configuration requise

Windows - Minimale
  • OS: Windows 7 64Bit
  • Processor: Intel® Core™ 2 Duo 3.0Ghz
  • Memory: 5 GB RAM
  • Graphics: NVIDIA GTX 460 1GB | AMD Radeon HD 5770 1GB | Intel HD4000 @720p
  • Storage: 30 GB available space
Windows - Recommandée
  • OS: Windows 7 / 8 (8.1)/ 10 64Bit
  • Processor: Intel® Core™ i5-4570 3.20GHz
  • Memory: 8 GB RAM
  • Graphics: NVIDIA GeForce GTX 770 4GB | AMD Radeon R9 290X 4GB @1080p
  • Storage: 30 GB available space

© SEGA. Creative Assembly, the Creative Assembly logo, A Total War Saga: Thrones of Britannia, Total War, and the Total War logo are either registered trademarks or trademarks of The Creative Assembly Limited. SEGA and the SEGA logo are either registered trademarks or trademarks of SEGA Holdings Co., Ltd. or its affiliates. All rights reserved. SEGA is registered in the U.S. Patent and Trademark Office. All other trademarks, logos and copyrights are property of their respective owners.

nos recommandations